Dysphorie de genre: de l’universel du passe-partout au singulier du pas-tout

Publiè en Mental n.44, 2021

Foto di Sharon McCutcheon da Pexels

Quelle clinique de l’un par un au temps de la crise binaire ? Le symbolique mord la chair dès notre naissance et avec le dernier Lacan nous apprenons que ce qui fonde le nom pour tout un chacun ne parle pas du symbolique en jeu mais du réel qu’il y a dans lalangue, en tant que dimension particulière truffée de jouissance. Assumer son propre être sexué demande (à chacun) une symbolisation, mais celle-ci ne sera pas suffisante puisque dans l’inconscient la différence des sexes ne s’écrit pas. Le réel, référent indicible, conditionne le rapport du sujet avec le sexe. 

Comment s’impliquer alors auprès des sujets pour lesquels la question de la sexuation est une urgence qui s’impose ? 

Suivre Publiè en Mental n.44, Decembre 2021






Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...